Voici donc, traduit en français, un ouvrage riche, parfois bouleversant, qui se centre sur les potentialités et les ressources des personnes en situation précaire plutôt que sur les diagnostics, les plans de traitement, les conseils psycho-éducatifs. Et qui tient compte, en même temps, du bien-être souvent malmené des soignants au sein des institutions (violence, épuisement, implication trop grande, burn out). Avec subtilité et justesse, Marlis Pörtner a adapté à ce type de population et au travail des soignants le postulat de hase et les attitudes fondamentales de l’Approche centrée sur la personne. Sans oublier l’apport considérable de Carry Proury qui a proposé, avec la pré-thérapie, une méthode pour entrer en contact avec des personnes considérées comme incapables de vie relationnelle « .Elle a observé dans sa pratique que l’Approche centrée sur la personne (C. Rogers) permet notamment, d’améliorer la qualité de vie des personnes concernées, d’élargir leur possibilité de choix, de faciliter le travail des soignants et de l’aménager de manière satisfaisante, de limiter les conséquences négatives d’une rotation élevée du personnel, de prévenir le burn out « . Ce livre invite les professionnels qui sont en contact quotidien avec des personnes adultes ayant un handicap mental, des personnes dépendantes ou des adolescents au comportement difficile, à ouvrir leur champ relationnel et à oser faire suffisamment confiance aux patients pour inventer leur chemin, à laisser vivre leurs pas  » même si ce sont des petits, tout petits pas. Si ceux-ci ne correspondent pas à ce qui peut être attendu, au moins prouvent-ils  » la capacité de faire des pas  » et a la potentialité d’autres pas Le livre fournit aussi au lecteur des outils concrets qui ont prouvé leur utilité sans pour cela être normatifs ni une entrave à la spontanéité. Chacun est invité à réfléchir à la manière dont il peut  » transposer l’Approche centrée sur la personne dans son propre champ professionnel « .